Mezquita-Catedral

Custode processionnelle de Corpus Christi

de Enrique de Arfe

L’orfèvre Enrique de Arfe introduisit en Espagne un nouveau concept de custode processionnelle. La valeur de cette création réside, non seulement, dans la qualité de la pièce ou dans la richesse de son programme iconographique, mais aussi dans la nouvelle tendance artistique qu’elle introduit et qui était méconnue jusqu’alors à Cordoue. Cette tendance représente la transition du gothique à la Renaissance.

Cette pièce exceptionnelle comprend quatre corps différentiés. En principe, nous trouvons une base originale, formée à partir de compartiments créés par des arcs tri-lobulés et des aiguilles en filigrane. Dans son intérieur, elle recueille dix-huit scènes qui correspondent à la Vie Publique, la Passion et la Résurrection de Christ. Les figures qui la forment ne dépassent pas 55 millimètres, ce qui illustre la maîtrise technique d’Enrique de Arfe.

Ce qui suit est la niche du viril, qui est le corps principal, dont la fonction principale est de servir d’ostensoir à la Forme sacrée. Ce corps, assis sur une base avec des volutes et des anges, est formée par un pilier cylindrique en verre d’où partent les tours intérieures qui, à leur tour, s’unissent aux extérieures au moyen d’arcs-boutants.

Postérieurement, se trouve la niche de l’Assomption, qui recueille la représentation mariale réalisée par l’orfèvre Bernabé Garcia de los Reyes. Du point de vue architectonique, ce corps est configuré au moyen de petites tours unes entre-elles par des dauphins chevauchés par des anges.

Le dernier corps correspond à la niche de la cloche, qui inclut une série de tours hexagonales entrelacées par des guirlandes florales. Il est surmonté par une cloche, une coupole et une couronne d’où pendent six petites cloches. L’ensemble est conclu par une base sur laquelle, à mode de piédestal, se trouve la figure du Rédempteur triomphant.

Plusieurs auteurs

Enrique de Arfe

Orfèvre d’origine allemande. Il est, sans le moindre doute, un des premiers artistes qui introduit le nouveau langage dans la ville de Cordoue. Enrique de Arfe reçoit du Chapitre de la Cathédrale la commande de l’exécution de la Custode processionnelle de Corpus Christi, et nous savons qu’en 1514, il était déjà en train de travailler sur cette œuvre. Il réalise aussi les custodes de León, disparues de nos jours, et de Tolède. On lui attribue aussi la Croix processionnelle et l’archidiacre Simancas de la Cathédrale de Cordoue

Bernabé García de los Reyes

Il est un des orfèvres les plus réputés de la Cordoue du XVIIème siècle. Quoiqu’il s’examine assez tard dans la congrégation de Saint Éloi, il sera rapidement désigné comme maître orfèvre de la Cathédrale. Outre son intervention dans la Custode processionnelle de Corpus Christi, il réalise les pupitres exposés de nos jours dans la Chapelle de Sainte Thérèse

 

Emplacement
Mezquita-Catedral
Fiche technique
  • Titre: Custode processionnelle de Corpus Christi
  • Auteurs: Enrique de Arfe et Bernabé García de los Reyes
  • Date: 1514-1518  1734-1735
  • Matériau et technique: argent dans sa couleur et surdoré, fondu et ciselé
  • Dimensions: 262 x 92 cm
  • Emplacement: Chapelle de Sainte Thérèse (mur nord)
Caractéristiques essentielles de l'œuvre
  • Sa fonction essentielle est de servir de niche pour réaliser les processions du Saint Sacrement

     

  • La base est ajoutée au 18ème siècle par Bernabé García de los Reyes. Ce socle est composé par douze facettes, qui représentent des scènes de danse, la danse des six et un paysage biblique se référant à la conduction du Tabernacle

Nous utilisons des cookies anonymes

Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez leur utilisation. Plus de renseignements