Mezquita-Catedral

Retable Majeur

Une fois que les travaux sur le transept furent terminés, l’évêque Diego Mardones concentra son intérêt sur la construction du retable principal, et il y affecta un grand nombre de travailleurs. Dès le début les plans sont commandés à Alonso Matias, qui s’inspire dans les traités architectoniques de Palladio et Vignola. En ce qui concerne les matériaux, il opte en faveur de l’élégance conférée par le bronze et le marbre, de provenance locale.

Le retable comprend une caisse, un corps principal formé par trois sections horizontales au travers de quatre colonnes à chapiteau composé et un attique. Le tabernacle est flanqué par les tableaux de Saint Assiscle et Sainte Victoire, auxquels correspondent dans la zone supérieure, l’Allégorie de l’Église et l’Allégorie de l’Abondance. Le registre supérieur est présidé par le tableau de l’Assomption, escorté par les tableaux des martyrs Saint Euloge ou Saint Pélage et Flora ou Sainte Digna, couronnés par les effigies de la Justice et de la Tempérance. D’autre part, aux deux côtés des figures des martyrs, se trouvent les sculptures de Saint Pierre et Saint Paul. Dans l’attique, se trouve un relief de Dieu le Père, séparé du premier corps au travers d’une corniche avec un fronton sur lequel reposent les représentations de la Foi et de l’Espérance, qui soutiennent une guirlande.

Les peintures, commandées à Palomino en 1713, remplaceront les primitives de Vela Cobo. Toutes elles sont insérées dans des cadres avec des frontons courbes divisés. Quant au tabernacle, il a été réalisé par SebastiánVidal, selon le plan de Matias.

Artistes divers

Alonso Matías
Le jésuite Alonso Matías fut, sans aucun doute, la figure la plus représentative des retables cordouans du XVIIème siècle. Son apport est primordial pour comprendre l’évolution du retable à cette époque. Aussi, sa conception monumentale du retable sera une source constante d’inspiration pour les ouvrages de la même époque. En plus du plan du Retable Majeur de la Cathédrale de Cordoue, son œuvre culminante, il réalisa aussi celui de l’Église de l’Annonciation de Séville

Sebastián Vidal
Architecte du XVIIème siècle, qui travailla principalement dans la ville de Cordoue. Il intervient dans l’achèvement des travaux du couvent de Sainte Élizabeth des Anges et réalise la façade du couvent des Pères de Gracia. Quoi qu’il en soit, sa renommée est due à son intervention, en tant qu’architecte, dans le Retable Majeur de la Cathédrale de Cordoue. Il élabore également, au siège de la Cathédrale, le retable de la chapelle Sainte Françoise Romaine

Pedro Freile de Guevara
Ce sculpteur originaire de Grenade travailla spécialement dans la province de Cordoue, comprenant les communes de La Rambla, Montilla ou Luque. L’artiste, désigné grand maître de la ville et de l’évêché de Cordoue, recevra aussi des commandes depuis la capitale

Antonio Palomino      

Pientre et auteur de traités originiarie de Bujalance et qui se rendit à la cour madrilène. Il jouit d’une grande réputation grâce à son traité  Le Musée pictural et Échelle Optique. En plus des tableaux du retable majeur, il est aussi l’auteur de trois œuvres de grand format de l’espace de la Cathédrale de Cordoue, qui se situent dans la chapelle de Sainte Thérèse: Martyre des saints Assicle et Victoire, Apparition de Saint Raphaël au père Roelas et Remise de Cordoue à Fernando III le Saint

Emplacement
Mezquita-Catedral
Fiche technique
  • Titre: Retable Majeur de la Cathédrale de Cordoue
  • Auteurs: Alonso Matias (plan), Sebastián Vidal (architecture), Pedro Freile de Guevara (sculpture) et Antonio Palomino (peinture)
  • Date: 1618-1646 et 1713
  • Matériau et technique: marbre, bonze et huile sur toile
  • Emplacement: Grande Chapelle
Caractéristiques essentielles de l'œuvre
  • La peinture qui préside le retable recueille la dynamique de l’Assomption de Marie, nom conféré au siège de la Cathédrale de Cordoue à partir du XVIème siècle

     

  • Le rôle primordial joué par l’évêque Mardones dans la construction de ce retable est évident, du point de vue matériel, du fait qu’il est enterré dans un des côtés de la Grande Chapelle

Nous utilisons des cookies anonymes

Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez leur utilisation. Plus de renseignements